ProEgal à l’école primaire pour déconstruire les stéréotypes de genre

ProEgal est intervenu récemment dans une école de Boulogne-Billancourt, au niveau CP. Si les stéréotypes filles/garçons sont déjà présents, la sensibilisation permet d’aider à les déconstruire. Plus on agit tôt, mieux c’est.


Un professeur des écoles de Boulogne-Billancourt a souhaité que j’intervienne en classe de CP pour travailler sur les stéréotypes, après avoir vu l’exposition Egalité ! Episode II: les nouveaux ménages à l’été 2021 qui inverse les stéréotypes femmes-hommes dans le couple et pris le livre de la trilogie Egalité!, qui inverse les stéréotypes en entreprise, dans le couple et dans la famille.

Cela a été une expérience enrichissante pour les enfants, le professeur et pour ma pratique de formation. La vingtaine d’enfants a été réparti en cinq groupes, quatre mixtes et un de filles.

Fidèle à l’aspect ludique et interactif, marque de fabrique de ProEgal pour ses ateliers quel que soit l’âge des participants, j’ai construit trois jeux sur mesure pour les enfants de 6 ans.


3 jeux interactifs / créatifs

Dans le premier jeu, chaque groupe devait se mettre d’accord sur des images de jeux liés à des métiers pour savoir s’ils étaient pour les filles, pour les garçons ou pour les deux. Cela a permis aux enfants de discuter entre eux, avec le professeur et moi quand nous passions dans les groupes. Un groupe mixte a vite mis tous les jeux dans la catégorie pour les filles et les garçons. Le groupe féminin a fait partie de ceux qui avait le plus intégré les stéréotypes de genre et mis pas ou peu de jeux dans la catégorie filles et garçons. La discussion avec les groupes a montré la forte influence des rôles dans la famille (qui fait la cuisine, le ménage) sur les représentations de l’enfant.






Une fois le débrief fait, leur disant que tous les jeux étaient ouverts à tout le monde, filles et garçons, je leur ai montré des photos de métiers (ceux liés aux jeux). J’ai demandé aux groupes s’ils étaient pour les femmes ou les hommes. Là encore, malgré le premier jeu, des stéréotypes ont subsisté lors de ce deuxième jeu.

Le troisième jeu a fait appel à la créativité des élèves. Il s’agissait à chacun et chacune de dessiner un enfant qui a une émotion (pleurs/joie/peur/colère...) pour voir s’ils dessinaient plus des filles ou des garçons selon les émotions. Les stéréotypes se sont avérés beaucoup moins présents dans ce domaine. Le jeu s’est terminé en rappelant que filles et garçons ont le droit d’exprimer leurs émotions, quelles qu’elles soient.

Les enfants ont pu repartir avec de quoi discuter avec leur famille et leurs amis le soir.





Plus tôt on déconstruit les stéréotypes, plus c’est efficace !

Intervenir auprès de jeunes enfants est important. Brigitte Grésy m’avait marquée quand je l’avais rencontrée il y a plusieurs années, soulignant que les stéréotypes sont déjà présents chez les enfants dès la crèche. Les auxiliaires de puériculture ont tendance à proposer des jeux spatiaux aux petits garçons, des jeux plus calmes aux petites filles. L’influence de l’entourage amical et familial est aussi très important, comme on a pu le voir lors de cet atelier. Il n’y a pas d’âge pour déconstruire les stéréotypes, mais comme plus on prend de l’âge, plus ils s’ancrent, mieux vaut commencer tôt pour que cela soit le plus efficace possible.

J’interviens à tous les niveaux et avec différents types de jeux. Par exemple, je suis intervenue à Rocket School et à l’Université de Paris-Est Créteil, avec des jeux de théâtre d’improvisation et des jeux de rôles, et un projet à faire en groupe.

En tant que parent d’élève, directeur d’école, étudiant, contactez ProEgal pour faire progresser l’égalité femmes-hommes dans votre établissement. Interactivité et jeux sont au programme pour passer un agréable moment ensemble, en présentiel comme en distanciel.





Christine Calais